Havre d'Art - Le Portail de l'Art au Havre

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

- Interview du sculpteur Nicolas Castus Decressac.

Envoyer Imprimer PDF

nico_castus_lacrise

argaiv1901















« Je ne pense pas être un « provocateur » dans le sens "fouteur de merde".
Mais en tant qu'artiste, j'aime provoquer... des réactions, des questionnements ou des sensations ».

(...)

nico_castus_pVous habitez au Havre, êtes vous originaire de la région ?
Oui de Montivilliers où je suis né le 1er juillet 1970.

Castus Decressac c’est votre vrai nom ?
Mon nom est Nicolas Castus auquel j’ai ajouté, comme l’autorise la loi, Decressac qui est le nom de ma mère. Il existe un autre Nicolas Castus, et ainsi qu''un autre Nicolas Decressac, les deux noms réunis, je suis le seul.

Quelle à été votre formation, quel est votre parcours ?
Cela ne s’est pas bien passé à l’école d’art du Havre d’où je suis sorti en 1989 sans diplôme, ce qui à mon avis n’est pas plus mal. J’ai ensuite fait une formation de tailleur de pierre à Bordeaux. Je faisais de la peinture, cette formation m’a orienté vers la sculpture. J’ai suivi ensuite une formation d’infographiste et fait de la déco qui est aussi une bonne école.
  
Vous réalisez des sculptures combinant le ciment et le fer, comment vous est venue l’idée de choisir ces matériaux ?
J’ai débuté par la pierre, des sculptures plus classiques. J’ai commencé par des sculptures antiques, moyenâgeuses pour arriver à des choses plus contemporaines. C’est un peu comme si je retraçais l’histoire de l’art à moi seul.
La poussière m’a contraint à arrêter la pierre. Je travaille chez moi, n’ai qu’un tout petit jardin et j’avais trop de plaintes déposées par les voisins auprès de la police. Le travail de la pierre me plaisait mais somme toute j’en faisais des sculptures classiques, conventionnelles.
Le peintre travaille avec les couleurs et les supports qu’il aime bien, le sculpteur œuvre sur ses matériaux de prédilection, bois, pierre, métal. J’ai voulu faire l’inverse et choisir un matériau que je n’aime pas, je n’aimais pas le ciment, j’ai choisi le ciment et il en est sorti autre chose.
Habitant au Havre on ne peut pas ignorer ce matériau, l’architecture Perret, les bouts de ferraille pris dans des blocs de ciment que l’on peut voir en se promenant au bout du monde m’ont sans doute inspirés.
Cela m’a permis de sortir des choses plus agressives et en fin de compte plus personnelles.
 


nico_castus_armure

Vous avez sculpté des chevaliers, des animaux, choisi des thèmes sortis de la mythologie et du fantastique, d’ou tirez vous votre inspiration ?
De mes lectures, je lis beaucoup de livres sur la mythologie, sur l’histoire moyenâgeuse et je lis aussi du fantastique.
Les animaux c’est parce que j’en avais assez de faire des grosses sculptures jusqu’à avoir des tendinites dans les épaules alors je me suis mis à faire des pièces plus légères.
La série des moineaux est apparue avec le début de la crise. Le moineau des rues est débrouillard et réussit toujours à s’en sortir, tout un symbole.
Les chevaliers viennent bien entendu de mes lectures et du regret de la totale disparition de l’esprit chevaleresque à notre époque. L’ajout de métal dans mes pièces y fait office de carapaces, d’armures.
Je travaille en ce moment sur des pièces plus personnelles, on y ressent plus les évènements qui ont bousculé ma vie ces derniers temps. Je me laisse plus guider par mon ressenti. On me le reproche mais je ne crois pas que je pourrais re-sculpter des vaches ou des chevaliers, du moins traités de la même manière. C'est comme si on me demandait de jouer au Playmobile... J'ai grandi depuis.

Vous ne réalisez plus en ce moment de pièces individuelles mais des sculptures destinées à être exposées ensemble lors d’installations, pourquoi ce choix ?

Je travaille souvent en série et je me suis rendu compte qu’exposées ensemble mes sculptures avaient plus de force, plus d’impact, la série assemblée ne fait plus qu’une œuvre. Un groupe de moineaux sur le sol en installation a plus d’impact qu’un seul posé sur un socle.Les personnages de « la crise » sont nés comme ça. Au départ j’ai fait un personnage puis deux, puis trois. En les posant tous les uns à côté des autres cela change tout, le regard navigue de l’un à l’autre comme sur une peinture.

Et les têtes de mort ? nico_castus_crane_ciment
J’en ai toujours fait, au départ j’en taillais dans les gommes de l’école, j’en ai fait aussi en infographie mais cela a pris un autre sens depuis le décès de mon père. Les têtes taillées dans les fleurs mortes, la multitude de petits crânes que je fait, tout cela a une raison. C’est sans doute ma façon d’accepter cette disparition.
Je compte m’en servir pour une installation, maintenant tout dépend de la façon dont je vais les disposer. A partir d’une œuvre modulable je peux en faire plusieurs différentes.
J’ai le choix j’ai fait 3000 crânes à ce jour, je peux les disposer en une forme ou écrire quelque chose avec, tout dépend du sens que je veux donner et de l’endroit ou ce sera exposé. Je suis sensible à l’endroit ou j’expose, l’environnement parfois me fait créer une œuvre.
J’ai exposé des œuvres religieuses qui y ont eu plus d’impact à l’abbaye de Montivilliers qu’exposées en galerie classique.

Dans ce cas comment vous définissez vous, sculpteur, plasticien ?
Sculpteur quand j’expose des œuvres et plasticien quand je fais des installations.
Mais il faut être sculpteur pour être plasticien, avoir une notion de l’espace, du volume. Plasticien est un terme générique, on peut exposer de la peinture, de l’infographie, des objets.

Parlez nous de votre machine à laver les pêchés ?
Quand les gens de la mairie sont venus prendre mes œuvres pour l’exposition à l’abbaye de Montivilliers j’en ai profité pour me débarrasser de cette vieille machine à laver en panne qui trainait chez moi. Une fois livrée à l’abbaye j’ai simplement ajouté une affiche « machine à laver les péchés » et posé un carnet et un stylo dessus. Cette installation fait partie des ces pièces inspirées par le lieu dont je parlais, j’ai retrouvé déposés à l’intérieur une multitude de petits papiers. Avec seulement trois d’insultes sur environ deux cents messages, mon humour a plu.

Quels sont vos maîtres ?
Cela dépend, à l’école d’art je me suis rendu compte que parmi les artistes que je n’aimais pas la plupart du temps c’était que je ne comprenais pas leur travail. Avec le temps j’évolue et plus ça va plus j’ai de maîtres. L’influence est inconsciente, c’est une fois finis que mes personnages m’ont fait penser à Daumier et aussi à Jérôme Bosch. Je ne peux pas citer qu’un maître, il y en aurait cinquante, soixante.

Comment réussissez-vous à gérer la taille imposante de vos installations de sculptures ?

La plupart du temps je fais appel aux bonnes volontés pour manipuler mes grosses pièces qui font cent, cent cinquante Kg. Mon gros problème c’est pour stocker ces sculptures crées ici dans cette petite cour. J’y travaille été comme hiver, il m’est même arrivé de travailler sous la neige.

Combien de fois pensez-vous avoir exposé votre travail ?
Je ne sais pas trop, entre salons et expos, une centaine de fois peut être. Ma première expo s’est passée dans un bar « l’Enfer » C’était le premier bar « d’After » au Havre, cela a vite fermé. J’en avais d'ailleurs fait la déco avec Jace en 94, 95. J’ai aussi fait entre autre la décoration du « Kéops » avec Alain Louiset, de bons souvenirs mais beaucoup de travail.

Que pensez-vous de l’art urbain, du graff, des détournements d’affiches, du pochoir ?
J’aime bien l’art contestataire et l’art urbain en fait partie, il y a un petit côté anar dans cette démarche. J’ai posé quand j’avais 13/14 ans des pochoirs « Attila » à Montivilliers, je n’en ai pas refait depuis.
En galerie ou dans la rue ce que j’attends d’une œuvre d’art c’est d’être surpris, de voir quelque chose de nouveau.
Faire de l’art urbain pour embellir un lieu ou faire passer un message me plait, polluer visuellement une ville avec un tag je ne trouve pas ça très sympa .
Se cacher derrière un speudo, faire ça en fourbe la nuit, et là je vais me faire mal voir, c’est un art de « Faux culs ». (rires)

Qu’écoutez-vous comme musique quand vous travaillez ?
Cela dépend de mes humeurs, c’est assez diversifié. Classique, pop, world, années 60/70, électro, punk mais je ne suis pas fan de heavy métal ni de rap.


Nicolas Castus Decressac, pour vous c’est quoi être un artiste ?

Un artiste est là pour réveiller, secouer et bousculer les gens.
Je ne pense pas être un « provocateur » dans le sens "fouteur de merde" mais en tant qu'artiste j'aime provoquer... des réactions, des questionnements ou des sensations.

Quels sont vos projets, vos aspirations ?
Avoir une maison plus grande pour mes enfants et pouvoir travailler plus confortablement. Créer plus de pièces, en faire de plus volumineuses afin de répondre aux demandes des galeries et de certaines fondations. Tout cela qui implique une plus grande reconnaissance.


Où peut-on voir votre travail ?

En expositions permanentes à la galerie Hamon Place de l’hôtel de ville au Havre et la galerie Chaye à Honfleur. Ainsi que sur le net qui est un bon outil de diffusion et de contact. Sur Artmajeur.com et FaceBook.
Je fais partie aussi au Havre, les 23 et 24 octobre prochains d'"Open Art 2010".

Voir aussi la mini-galerie qui fait suite à cet article.

Nicolas Castus Decressac, merci de m’avoir reçu chez vous et de nous avoir fait partager votre art. Nous aurons le plaisir de venir admirer votre travail lors de votre exposition qui aura lieu au mois d’Avril à la galerie Hamon.

Propos recueillis par Mr Yak au Havre, le 06/08/2010.

Nicolas Castus Decressac, galerie Hamon le Havre.
Nicolas Castus Decressac, Art Majeur.com
Nicolas Castus Decressac, Facebook. 

 

 

niko_castus_neige

 

 

 

 

 

 

 

 

nico_castus_gorille

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

nico_castus_oi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

niko-castus_madelaine

 

 

 

 

 

 

 

nico_castus_a

 

 

 

 

 

 

 

 

nico_castus_deco

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

nico_castus_mino

Commentaires  

 
0 #1 DAN 23-09-2010 21:03
Ce que j'aime à voir ici, c'est la diversité des disciplines et des artistes. Le monde de la sculpture m'est un peu inconnu, mais je constate que les motivation sont les mêmes chez les artistes quelque soit leur support.
Merci mister Yack :-)
Citer | Signaler à l’administrateur
 
 
0 #2 phyll 24-09-2010 09:40
Salut Yak,
encore un interview bien intéressant d'un artiste que je découvre !
merci à toi d'élargir mes connaissances culturelles !!
à+ ! ;-)
Citer | Signaler à l’administrateur
 
 
0 #3 gets lion !! 16-11-2010 20:50
faciné par ton travail depuis tout petit !!
avec la perceverance que t'as tu ne peux que percer !
BIG UP TONTON !! ;-)
Citer | Signaler à l’administrateur
 
 
0 #4 dyson vacuum 21-04-2015 22:56
I am curious to find out what blog platform you happen to be
working with? I'm experiencing some minor security problems
with my latest blog and I'd like to find something more secure.

Do you have any solutions?

Also visit my web page: dyson vacuum
Citer | Signaler à l’administrateur
 
 
0 #5 Pixel Gun 3D Hack 19-05-2015 09:32
I'd like to find out more? I'd want to find out some additional information.

Look at my blog - Pixel Gun 3D Hack
Citer | Signaler à l’administrateur
 
 
0 #6 Wizard101 Crown 07-06-2015 21:29
I couldn't refrain from commenting. Perfectly written!

Also visit my web blog: Wizard101 Crown Generator 2015
Citer | Signaler à l’administrateur
 
 
0 #7 Wizard101 Crown 08-06-2015 19:19
It is actually a great and useful piece of info. I am glad
that you simply shared this helpful information with us.
Please stay us informed like this. Thank you for sharing.


My blog: Wizard101 Crown Generator
Citer | Signaler à l’administrateur
 
 
0 #8 Marvel Mighty 17-06-2015 13:03
Until you want to spend your real money to buy cash
in the game, you'll need a hack.

Also visit my page :: Marvel Mighty Heroes Cheats
Citer | Signaler à l’administrateur
 
 
0 #9 Boom Beach Hack 09-07-2015 02:41
constantly i used to read smaller articles or reviews that also clear their motive, and that is
also happening with this piece of writing which I am reading here.


Also visit my web blog - Boom
Beach Hack
Citer | Signaler à l’administrateur
 
 
0 #10 Shadowgun Deadzone 10-07-2015 05:14
We're a group of volunteers and opening a new scheme in our community.
Your website provided us with valuable information to work on. You have done a
formidable job and our entire community
will be thankful to you.

Also visit my web blog - Shadowgun Deadzone
Hack
Citer | Signaler à l’administrateur
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Vous êtes ici :